Le LEM

Le LEM
Accueil
 
 
 
 

Vincent Casanova - L'impuissance au pouvoir ?

Ceux qui se succèdent au gouvernement aiment à tout évaluer. Alors pourquoi ne pas les évaluer à notre tour ? Les pouvoirs en place ont fait la démonstration de leur impuissance. Volontarisme affiché, politique du chiffre : Sarkozy était l'illustration même de la maxime « quand on veut, on peut ». Mais les responsables en place, celui-ci comme son successeur, malgré leur rhétorique de l'action, leur agitation, n'ont jamais été à la hauteur des enjeux. Ne nous y trompons pas : cette impuissance est un véritable projet de gouvernement, au service du libéralisme. C'est TINA, c'est le discours de l'impuissance qui masque la question fondamentale du choix d'un contrat social. Notre invité donne un exemple concret : cela fait des années que différentes forces réclament des mesures contre les paradis fiscaux. Cela fait des années « qu'on ne peut pas ». Mais quand Cameron a besoin de recettes, la question est réglée en quelques jours... On a les impuissances que l'on choisi. L'attitude de François Hollande sur le droit de vote des étrangers est caractéristique de l'impuissance comme stratégie de gouvernement. Car il existe un intérêt à mettre son impuissance en scène : elle convainc et donc démobilise la population.

Il importe de prendre acte du fait que, pour Vincent Casanova, l'impuissance est le centre de la vie de l'esprit. Accepter cela ne signifie pas se résigner, mais comprendre que l'injonction au changement ne peut pas aujourd'hui être entendue ; ne pas se perdre dans des attentes qui ne peuvent qu'être déçues. Il nous faut continuer à travailler une construction politique qui réaffirme que rien n'est fatalité et que le peuple en marche, lui, est une puissance : vitupérer l'impuissance est la passion de ceux qui ne combattent plus.

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.