Le LEM

Le LEM
Accueil

Les droits des femmes à l'honneur dans le gouvernement Bachelet

Par Lydia Samarbakhsh, Laurence Cohen, le 28 janvier 2014

Les droits des femmes à l'honneur dans le gouvernement Bachelet

Le PCF salue la nomination de Claudia Pascual, membre du Parti communiste du Chili, au sein du gouvernement formé par Michelle Bachelet. Claudia est aujourd'hui à la tête du Service national des femmes, le SERNAM.

Cette nomination est d'importance et porteuse d'espoir, tant les droits des femmes sont constamment et dramatiquement attaqués au Chili. L'avortement y est strictement interdit, avec des conséquences tragiques en termes de mortalité maternelle. De même, les chiffres des violences faites aux femmes sont plus qu'alarmants et la loi se range rarement du côté des victimes. Jusqu'ici le SERNAM, créé en 1991, a toujours appliqué une politique soumise à une vision très conservatrice de la famille laissant sans réponse les attentes des femmes du Chili.

Michelle Bachelet a été particulièrement active au sein de l'ONU-femmes qu'elle a présidée durant trois ans. Gageons qu'elle saura répondre aux attentes des femmes de son pays, aux urgences et à la gravité de leur situation, en particulier en transformant le SERNAM en ministère plénipotentiaire.

Nous tenons à apporter tout notre soutien à Claudia Pascual, communiste et féministe, engagée depuis des années aux côtés d'associations féministes. Elle peut compter sur notre solidarité. Dans une période si grave de remise en cause, en Europe, du droit à l'avortement, nous avons grand besoin de faire converger nos batailles.

Laurence Cohen, Responsable nationale Droits des femmes/Féminisme

Lydia Samarbakhsh, Responsable des Relations internationales

L'avortement est un droit

Par Cohen Laurence, le 18 janvier 2014

L'avortement est un droit

A l'approche de la marche annuelle organisée par les pro-vie à Paris, le Parti communiste français tient à souligner à nouveau la gravité de la situation concernant le respect des droits sexuels et reproductifs, dont l'IVG, en France et en Europe.

 

Nous nous opposons aux velléités du gouvernement espagnol qui s'apprête à adopter la législation la plus rétrograde en matière de droit à l'avortement depuis des décennies. Cette menace pour les femmes d'Espagne s'additionne à des régressions effectives en Pologne et dans d'autres pays européens. Le rejet du rapport Estrela par le Parlement européen en décembre confirme ces dérives extrêmement dangereuses pour une Europe qui se prétend fondée sur le respect des droits humains.

 

Nous voulons une Europe qui garantisse le droit à la maternité choisie. Nous serons en France, en Espagne et ailleurs en Europe, dans la rue le 1er février pour rappeler que l'avortement est un droit pour toutes.

 

Laurence Cohen, responsable nationale du PCF «  Droits des femmes/ féminisme »

 

PMA : Le gouvernement ne doit pas céder sur l'égalité

Par Gibelin Jean Luc , Ian Brossat, Laurence Cohen, le 06 janvier 2014

PMA : Le gouvernement ne doit pas céder sur l'égalité

La Procréation Médicalement Assistée (PMA) est un droit réservé aux couples hétérosexuels dont l’extension aux couples de femmes vient d’être enterrée par le gouvernement. Ce renoncement est un coup porté au droit des femmes et à l’égalité entre les couples homosexuels et hétérosexuels.

Prévu initialement dans la loi ouvrant le mariage et l’adoption aux couples de même sexe, la PMA a d’abord été reportée pour figurer dans la loi sur la famille. Céder sur cette question reviendrait à donner l’impression d’un signe d’encouragement aux forces les plus réactionnaires qui ont choisi ce sujet comme fonds de commerce.

Nous refusons de céder sur l’égalité, et demandons au gouvernement de revenir sur sa décision. C’est pourquoi nous participerons au rassemblement qui aura lieu ce soir à 19 heures devant le Ministère de la Famille.

Ian Brossat, président du groupe PCF/PG au Conseil de Paris, responsable national de la Commission du PCF LGBT
Laurence Cohen, sénatrice du Val-de-Marne, responsable nationale de la Commission du PCF Droits des femmes
Jean-Luc Gibelin, responsable national de la Commission du PCF Santé-Protection Sociale

« Les Espagnoles doivent pouvoir décider : NON à la remise en cause de l’IVG » (PCF)

le 23 décembre 2013

« Les Espagnoles doivent pouvoir décider : NON à la remise en cause de l’IVG » (PCF)

Le gouvernement espagnol revient sur le droit à l’avortement. C’est une concession à l’Eglise et à la droite la plus conservatrice, et un terrible retour en arrière.

Promesse de campagne du conservateur Mariano Rajoy, ce projet voit le jour à la veille de Noël et risque fort d’être approuvé par le Parlement, le Parti Populaire y étant majoritaire.

Cette loi, si elle était votée, remettrait totalement en question le droit à l’avortement acquis de haute lutte en Espagne  et replacerait ce pays parmi les pays européens les plus restrictifs en ce domaine.

 Les associations féministes et les partis de gauche se mobilisent contre ce texte qui est  le plus prohibitif depuis la fin de la dictature, quand l'IVG était purement et simplement interdite.

Nous voulons les assurer de tout notre soutien. Nous condamnons, avec la plus grande fermeté, cette remise en cause d’un droit fondamental, cette atteinte à la liberté des femmes de choisir d’avoir un enfant ou pas, du moment de leur maternité.

Il est très inquiétant de voir un peu partout en Europe une montée des intégrismes, entrainant une attaque frontale contre la liberté et l’autonomie des femmes.

Le PCF appelle les démocrates de tous les pays d’Europe à exprimer leur colère contre cette loi inique et leur solidarité à l’égard des femmes et des hommes en Espagne qui revendiquent le droit à l’IVG. Les Espagnoles doivent pouvoir décider : non à la remise en cause de l’interruption volontaire de grossesse.

 

 

Laurence Cohen, responsable nationale du PCF «  Droits des femmes/ Féminisme » ;

Gilles Garnier, responsable national « Europe » du PCF et membre de la direction du Parti de la Gauche Européenne ;

Anne Sabourin, membre de la direction du Parti de la Gauche Européenne.

14 décembre : Egalité hommes femmes c'est maintenant

le 09 décembre 2013

14 décembre : Egalité hommes femmes c'est maintenant

Le PCF honore la mémoire de Lucien Neuwirth

le 26 novembre 2013

Le PCF honore la mémoire de Lucien Neuwirth

Le PCF tient à honorer la mémoire de Lucien Neuwirth, père de la pilule contraceptive. Outre son passé de résistant, il était aussi le parlementaire à l'écoute du mouvement pour la maternité heureuse, devenu le mouvement pour le planning familiale. Il se battra jusqu'au bout y compris contre son camp politique et obtiendra le vote de la « Loi Neuwirth » autorisant la fabrication et la commercialisation de la pilule contraceptive.

Une très grande avancée qui a non seulement permis d'éviter à des milliers de femmes, des milliers de couples des grossesses non désirées, mais qui a aussi transformé les rapports sexuels entre les femmes et les hommes, permettant une sexualité plus libre.

Aujourd'hui encore, nous poursuivons ce combat universel en faveur d’une contraception gratuite pour toutes et tous.

 

23 novembre : journée internationale contre les violences faites aux femmes

le 18 novembre 2013

23 novembre : journée internationale contre les violences faites aux femmes

Tribune 343 salauds : « 343 réacs, sexistes et machistes » (Laurence Cohen - PCF)

le 30 octobre 2013

Tribune 343 salauds : « 343 réacs, sexistes et machistes » (Laurence Cohen - PCF)

Le débat parlementaire n’a pas encore commencé sur la proposition de loi « Lutte contre le système prostitutionnel » de la Députée Maud Olivier, que déjà certains hommes réagissent.

Les féministes, ces harpies, voudraient les empêcher d’aller voir « leurs putes » et oseraient porter atteinte au plaisir masculin.

 

La tribune « des 343 salauds : touche pas à ma pute » qui va être publiée prochainement témoigne de la persistance de comportements machistes et sexistes.

Pour ces messieurs, dont certaines « célébrités », le libre-accès à la prostitution fait partie de leur liberté, interdiction d’y toucher ! Que leur plaisir passe par la soumission des femmes, par des rapports monnayés ne leur pose aucun problème. Le plaisir masculin unilatéral est pour eux la normalité, les violences qu’il occasionne n’est qu’un détail.

C’est faire fi de la réalité de la prostitution, de la domination exercée sur des individus, majoritairement des femmes, des réseaux mafieux qui considèrent le corps des femmes comme une marchandise.

Le PCF rappelle qu’il est favorable à l’abolition de la prostitution et signataire de l’appel « Abolition 2012 ».

La France, pays abolitionniste doit mettre en accord ses paroles et ses actes. La pénalisation du client est un moyen de faire prendre conscience qu’il n’y aurait pas de prostitution sans demande de ces messieurs.

L’argent ne peut pas tout acheter. Contrairement à ces 343 réacs, d’autres voix s’élèvent, y compris masculines, tel que le collectif zéro macho où 1880 hommes disent non à la prostitution ou bien encore sur l’appel « jeunes pour l’abolition » lancé par les organisations de jeunesse qui dénonce le système prostitutionnel et rappelle, avec justesse et humour, que la prostitution n’est pas un métier.

Pour les communistes, l’émancipation humaine ne peut souffrir de l’asservissement de quiconque.

Incident sexiste à l'Assemblée : « Indigne d'un élu de la République »

Par Laurence Cohen, le 09 octobre 2013

Incident sexiste à l'Assemblée : « Indigne d'un élu de la République »

Le PCF condamne les propos et attitudes sexistes de députés UMP hier soir à l’Assemblée nationale, contre une députée écologiste.

Ce comportement est tout à la fois ridicule et indigne de la part d’ élu-es de la République, et proprement scandaleux vis-à-vis d’une de leurs collègues femmes.
Ce n’est malheureusement pas la première fois que ce genre d’incident se produit, traduisant la difficulté pour certains hommes politiques à accepter qu’il y ait également des femmes politiques. 27% de femmes à l’Assemblée Nationale serait-ce encore trop pour l’UMP ?Au moment où l’Assemblée Nationale débat de l’avenir des retraites, projet lourd de conséquences pour les salariées, un élu de la République se montre indigne du mandat que les électrices et électeurs lui ont confié.

Décidément, la droite décomplexée se croit au-dessus des règles. Soyons vigilants et mobilisés pour condamner de tels actes. L’égalité entre les femmes et les hommes passe par le respect de chacune et chacun.

Laurence Cohen, Responsable de la commission « Droits des femmes/Féminisme’ » au PCF

Rassemblement pacifique à Tenon : le PCF condamne la répression

Par Laurence Cohen, le 08 octobre 2013

Rassemblement pacifique à Tenon : le PCF condamne la répression

Depuis plus de deux ans des militantes féministes, des habitant-es, des personnels médicaux, des associations du 20ème arrondissement de Paris se sont mobilisés et ont obtenu le maintien du centre IVG de l'hôpital Tenon.

Après cette première victoire, il est apparu impérieux de veiller au bon fonctionnement de ce centre, afin de répondre au mieux aux besoins des Parisiennes. Or il se trouve que, de façon récurrente, le personnel est très en dessous des effectifs indispensables.

Devant ces faits, le collectif du 20ème s'est rassemblé pacifiquement pour obtenir un RDV avec la direction de l'hôpital. Ce sont la police et les CRS qui ont accueilli les militant-es et se sont acharnés contre eux. Deviendrait-il interdit de résister ? Le vent de la répression instauré ces dernières années enterrerait-il la liberté et la démocratie ?

Je m'insurge et je condamne de telles pratiques indignes de notre République. Les rassemblements pacifiques ne mettent pas en danger la nation, ils la préservent. Laissons place aux droits d'expression et au dialogue.

 

Laurence Cohen, Responsable nationale du PCF «  Droits des femmes/ Féminisme »