Le LEM

Le LEM
Accueil

JOURNAL DE LA SECTION DU 18e : La Commune

le 21 October 2014

JOURNAL DE LA SECTION DU 18e : La Commune

JOURNAL DE LA SECTION DU 10e : A Paris 10e

le 21 October 2014

JOURNAL DE LA SECTION DU 10e : A Paris 10e

Congé parental : de qui se moque-t-on ?

Par Laurence Cohen, le 30 September 2014

Congé parental : de qui se moque-t-on ?
A partir d’un réel besoin de réformer le congé parental, le gouvernement met en place une mesure particulièrement injuste : il sera de 18 mois pour chaque conjoint sans augmentation de l’indemnité versée qui s’élève à 566 euros !  Au nom de la réduction des déficits publics, le gouvernement fait des choix austéritaires qui vont frapper de plein fouet les familles et singulièrement les femmes.  
 
Les mêmes, si prompts à prendre en exemple d’autres pays européens pour faire passer la pilule de l’austérité, oublient de dire que celui ou celle qui prend un congé  parental perçoit, en Allemagne,  67% de son salaire net et en Suède 80% !  
 
Face à l’inégalité criante des salaires en France, quel père va pouvoir s’arrêter de travailler 18 mois sans conséquences lourdes pour le budget familial ? Utiliser l’aspiration légitime à faire avancer l’égalité entre les femmes et les hommes pour faire des économies sur le dos des familles et pour réduire le temps d’un des parents près de son enfant est scandaleux !
 
Faire bouger les mentalités passe par une politique sociale digne de ce nom qui ne s’attaque pas au pouvoir d’achat des familles ! Il faut augmenter l’indemnité du congé parental, créer 400 mille places de crèches, mettre en place un véritable service public de la petite enfance et impulser une vraie politique d’égalité professionnelle.
 
Pour y parvenir, nous avons des solutions : le gouvernement doit  avoir le courage politique de s’en prendre aux 25 milliards d’euros annuels de fraude aux cotisations patronales.
 
Laurence Cohen, responsable nationale du PCF, Droits des femmes/ Féminisme  
 

"Femmes de chambre du Hyatt: elles ont dit non à la précarité, elles ont gagné." (L. Cohen)

le 26 September 2014

 

Derrière les halls magnifiques des hôtels de luxe, la colère des femmes de chambre aux conditions de travail et de salaires indignes.

 

Elles sont passées de la catégorie luxe à la catégorie grève et elles ont gagné.

 

Belle victoire que la leur qui se traduit par des augmentations de salaire conséquentes, la baisse des cadences, un treizième mois.

 

Cette victoire fait maintenant des émules dans d'autres hôtels de prestige. Avec ce bel exemple de détermination entre salariée et syndicat et le soutien des élu-es communistes, les dirigeants des grands groupes doivent s'en convaincre: ils n'ont pas encore gagné l'application du petit livre jaune de Pierre Gattaz.

 

Les luttes des salarié-es sont les meilleures antidotes de la précarité.

 

Vendredi 26 septembre

Laurence Cohen

Sénatrice, responsable nationale de la commission droits des femmes, féminisme du PCF.

 

"IVG en Espagne: la détermination et le rassemblement ont été décisifs"

le 24 September 2014

C’est avec satisfaction que les communistes français viennent d’apprendre l’abandon de la loi anti-avortement par le gouvernement Rajoy. La mobilisation des mouvements féministes, des syndicats, des forces progressistes, en Espagne et en Europe, a contribué à ce renoncement.

 

Dans une période de grave crise, de remise en cause un peu partout du droit à l’avortement, si chèrement acquis, c’est une avancée à saluer. 

 

Une fois de plus, la détermination et le rassemblement ont été décisifs, même si nous ne sommes pas dupes des calculs politiciens du gouvernement Rajoy dans cette période pré- électorale.

 

Nous restons solidaires de nos sœurs espagnoles pour empêcher toute régression et très mobilisés en France pour que le droit à l’avortement ne soit pas entravé par les fermetures de Centres d’Interruption Volontaire de Grossesse.

Laïcité à la Morano : un racisme à peine voilé

le 20 August 2014

Laïcité à la Morano : un racisme à peine voilé

«La France est un État laïc: Il convient de l'aimer, de respecter sa culture et le droit des femmes ou il convient d'aller vivre ailleurs !» : il est incroyable qu’une ancienne ministre puisse tenir de tels propos à la vision d’une femme voilée sur une plage.

La «  laïcité » de Nadine Morano est celle de l’extrême droite qui vise à rendre acceptable un racisme à peine voilé, générateur de tensions, de rejets et de divisions.

Nadine Morano oublie que la majorité des 6 millions de musulmans sont des citoyens français qui n’ont pas vocation à aller vivre ailleurs. La laïcité, c'est aussi ce qui leur permet de vivre leur foi dans le cadre des lois républicaines qui garantissent la liberté de conscience pour tous et la non-discrimination en matière de religion et de conviction.

Quoi que l'on pense d'une tenue vestimentaire, son choix relève d’une liberté individuelle protégée par la loi.

Quant au droit des femmes, Nadine Morano, féministe à géométrie variable, devrait balayer devant la porte de l’UMP qui a payé des amendes aux élections législatives pour non-respect de la parité et qui s’apprête, de nouveau, à contourner la parité, aux élections sénatoriales du 28 septembre 2014.

C'est la preuve que la domination patriarcale n'est pas extérieure à l'identité de la France et que le combat pour l'égalité homme-femme est un combat permanent.

 

Fabienne HALOUI

Commission Droits et Libertés au PCF

(crédit photo Marine Le Pen : Michel Soudais)

Réductions des dépenses de santé: chaque repli de la Sécurité Sociale est une victoire pour les assureurs privés

le 30 juin 2014

Réductions des dépenses de santé: chaque repli de la Sécurité Sociale est une victoire pour les assureurs privés

Depuis quelques jours, des pistes de « réductions de dépenses de santé » sont savamment distillées au grand public par le gouvernement : une journée d'hospitalisation en moins lors des accouchements, la moitié des interventions chirurgicales en « ambulatoire »... .

Ne soyons pas aveugles : il s'agit simplement de transférer au citoyen des dépenses jusque là prises en charge par la sécurité sociale.

En effet, la visite médicale, le suivi d’une jeune mère par une sage-femme à domicile, le changement du pansement, les soins infirmiers post opératoires... tous ces actes feront l'objet de retenues de franchise et de non remboursement.

Quels choix le patient pourra-t-il dès lors faire ? Premièrement, payer le surplus engendré par un acte considéré hier comme tout à fait normal et nécessaire, et désigné du jour au lendemain comme superflus, par besoins d'économie. Deuxièmement, renoncer purement et simplement aux soins, faute de moyens. Troisièmement, se tourner, lorsqu'il peut se le permettre, vers les fameux « produits complémentaires » des assurances privées.

Dans tous les cas, les Français vont payer de leur poche. Comme désormais à chaque nouveau projet de loi du gouvernement Valls, les grands gagnants sont tout désignés: le monde de la finance et les acteurs assuranciels, pour qui chaque désengagement de la Sécurité Sociale est une aubaine économique, et chaque repli de la solidarité nationale une victoire.

Le PCF défend, à l'opposé de cette politique, une égalité d'accès eux évolutions médicales et techniques, tant au niveau géographique qu'économique. Un maillage du territoire national beaucoup plus dense peut répondre à ce processus et permettre de ré-ouvrir des activités. Il faut donc le développement du service public hospitalier, si l'on veut conserver une sécurité sociale solidaire.

Abandon des ABCD de l'égalité : « un coup terrible porté à la lutte contre toutes les discriminations »

Par Olivier Dartigolles, le 30 juin 2014

Abandon des ABCD de l'égalité : « un coup terrible porté à la lutte contre toutes les discriminations »

Benoît Hamon a annoncé l'abandon de l'ABCD de l'égalité, ce dispositif expérimental chargé de transmettre des valeurs d’égalité et de respect entre les filles et les garçons, et de combattre les stéréotypes de genre. Face à une coalition la plus réactionnaire possible, le gouvernement a capitulé en rase campagne. C'est un coup terrible porté à égalité, à la lutte contre toutes les discriminations que vient d'assener le gouvernement qui va conforter et légitimer les discours obscurantistes qui prolifèrent.

Cette reculade est piteuse et indigne de la gauche.

Quand un gouvernement, élu sur une promesse de changement, renonce à ce point à des réformes progressistes; quand il brutalise les cheminots et les intermittents et cajole les franges les plus réactionnaires de la société; au final, il livre un abécédaire de la trahison et de l'indignité.

"Pinar Selek: une femme debout" (Laurence Cohen)

le 11 juin 2014

Nous nous réjouissons de l’annulation du jugement, par la 9ème cour de cassation d'Ankara, à l’encontre de Pinar Selek.

C’est un premier pas qui témoigne de l’efficacité de la lutte de cette militante des droits des femmes ainsi que de la mobilisation et de la solidarité de ses multiples soutiens.

Sociologue, écrivaine, elle était accusée d'être l'auteure d'un attentat qu'elle n'a pas commis. Comme le prouvent plusieurs expertises, démontrant qu’il s'agissait d'une explosion due aux fuites de gaz.

Pourtant, depuis 15 ans, Pinar Selek continue d'être au cœur d'une controverse des plus injustes. Il est grand temps d'arrêter toute procédure à son égard.

Pinar Selek doit être libre, lavée de tout soupçon et vivre en toute sérénité.

La Turquie se déclare acquise au respect des droits de l'homme, qu'elle le prouve, en cessant toute procédure et en acquittant Pinar Selek de manière définitive.

Les communistes tiennent à lui témoigner une nouvelle fois de leur soutien et appellent les progressistes à rester vigilants.

Enlèvement des jeunes Nigérianes : « Nous atteignons l'horreur » Laurence Cohen - PCF)

le 08 May 2014

Enlèvement des jeunes Nigérianes : « Nous atteignons l'horreur » Laurence Cohen - PCF)

Le PCF condamne avec fermeté et colère l’enlèvement des jeunes filles nigérianes par le groupe terroriste Boko Haram.

Cet acte odieux a été revendiqué au motif que les filles n’ont pas le droit d’étudier, elles ont tout juste le droit de se taire ! Agées de 15 à 18 ans, ce sont des enfants que ces barbares veulent réduire au rang d'esclaves.

Au XXI eme siècle, comment peut- on accepter un tel obscurantisme? Les droits des femmes sont bafoués dans le monde entier à des degrés divers, mais là nous atteignons l'horreur.

 

Partout des voix s'élèvent pour dénoncer un tel crime. Des parlementaires communistes sont à l'initiative pour organiser des actions, notamment une délégation à l'ambassade du Nigéria.

Nous tenons à affirmer notre solidarité au peuple nigérian, aux familles des jeunes filles enlevées et appelons la communauté internationale à tout mettre en œuvre pour ces jeunes lycéennes retrouvent au plus vite le chemin de la liberté.